[TEST] The Stanley Parable : L’expérience vidéo-ludique justifie-t-elle tout ?

EcranTitre_SP

Je veux pas faire ce test …

Arthurexia : Si ! Tu vas faire ce test ! *claquement de fouet*

Ok, ok, je le fais … ça fait mal en plus ce truc !

The Stanley Parable, petit jeu développé par les gars de chez Galactic Cafe. Jeu indépendant et à petit budget (contrairement à Star Citizen), il nous place dans la peau de l’employé 427 et nous livre une histoire particulière, amenant à la réflexion sur notre condition de joueur. C’est ce qui fait qu’il s’agisse d’une expérience vidéo-ludique.

Alors, qu’est-ce qu’une expérience vidéo-ludique de mon point de vue ? Pour moi, une expérience vidéo-ludique est une œuvre offrant au joueur (je vais me répéter) une expérience particulière. Cette expérience peut être diverse et variée, et peut amener à une réflexion, plus ou moins profonde, sur des sujets particuliers. Et dans le cas de ce jeu, il s’agit de notre condition de joueur, à suivre ou non ce qui est dit, et qui nous explique que la seule solution de sortir du jeu est de quitter littéralement le jeu.

Voilà la seule façon de mettre fin au jeu

Voilà la seule façon de mettre fin au jeu

 

J’ai longuement hésité à faire ce test, du fait que c’est un jeu particulier, qui aura un impact vraiment différent selon le joueur. Pour voir un peu comment le jeu avait été accueilli par la critique, je suis allé jeter un coup d’œil sur Metacritic, Gamekult et JeuxVideo.com.

Sur Metacritic, la moyenne est de 88 pour les critiques professionnelles et 8.1 pour les joueurs.

Sur Gamekult, 8 la note du site, 8.4 la note de la presse et 7.9 la note des joueurs.

Sur JeuxVideo.com, la note du rédacteur est de 18, et la note des lecteurs de 16.

Je sais que je vais me faire pas mal d’ennemis avec ce que je vais dire, mais je me jette !

Je me suis penché sur ces tests et commentaires, et je suis tout à fait d’accord avec leurs dires, mais je reste en désaccord avec leur note. Pourquoi donc ? Le prix ! A croire que tous ceux qui notent n’ont pas payés le jeu ! 11€, pour 30 minutes de jeu !

Je vous entends déjà derrière votre écran « houaaaa, 11€, pour 30 minutes, c’est à peu près la gamme de prix maintenant quand tu as un Call Of Duty à 70 € les 5 heures de jeux », et à ceux-là, je leur dit qu’ils ont tort. J’ai calculé, un Call Of Duty rapporté à la demi-heure est à 7€. Donc 4 € de moins ! De plus, ce jeu a un multijoueur, The Stanley Parable, non…

I. L’histoire

L’employé 427 est un travailleur classique, sans histoire, vivant dans le rythme Metro Boulot Dodo. Ce qui semble lui convenir, et un jour, il n’y a plus personne dans le bâtiment. Alors apparaît la voix d’un narrateur, qui va nous guider tout au long de la courte aventure. Très vite les premiers choix arriveront, et là notre statut de joueur sera alors mis en question. En effet, vous serez dans une pièce, avec deux portes ouvertes devant vous, et vous aurez la possibilité d’obéir ou non au Narrateur.

Obéir ou désobéir ? Le choix vous incombe !

Obéir ou désobéir ? Le choix vous incombe !

 

Ainsi la première différence entre le joueur que je qualifierais de casuel et le joueur hardi apparaîtra. Le joueur casual aura plus tendance à suivre ce qu’on lui dit, que le joueur ayant un peu plus d’expérience, habitué aux objets cachés et à aller fouiller absolument partout pour trouver le petit collectible qui ajoutera seulement un succès ou un trophée ou un objet pour le jeu. Et durant tout le jeu, il y aura ce questionnement sur la position du joueur, jusqu’à un petit pied de nez aux speed-runners.

Tu voulais SpeedRunner le jeu ? Tu assumes !

Tu voulais speedrunner le jeu ? Tu assumes !

Je ne détaillerai pas trop l’histoire, cette dernière étant déjà suffisamment courte, il vaut mieux que j’évite de trop en dévoiler. En tout cas, l’histoire est complètement jonchée de passages vous amenant à réfléchir sur votre situation de joueur. Il n’y a pas de vraie fin, dans ce jeu, il n’y a pas de fin, et vous apprendrez vite quelle est la seule et unique fin du jeu.

II. Une expérience particulière

Le jeu n’est pas révolutionnaire, il n’a pas un gameplay proposant du jamais vu, il n’a pas des graphismes à jouer sur le contemplatif, il n’a pas une durée de jeu extraordinaire, mais il vous propose une réflexion sur vous-même, sur votre façon de jouer, et même les speed-runners ont droit à leur moment de réflexion. Le jeu a quelques mois déjà, et à part quand il s’agit d’un coup de cœur ou d’un jeu présent dans le humble bundle, je parle rarement des jeux qui ont déjà quelques mois de bouteille, mais ce jeu-là, il m’a fallu le temps de prendre du recul pour comprendre le côté philosophique du jeu. Cette expérience est intensifiée par le Narrateur, étrange être qui ne se révèle jamais, mais qui sait tout de nous, et qui n’hésite pas à remettre en question nos choix, et à en proposer des nouveaux, et ça sans fin.

Je crois qu'il n'approuve pas mon choix.

Je crois qu’il n’approuve pas mon choix.

Quand je dis sans fin … c’est une façon de parler, il y a au final un nombre de choix limités, et le jeu recommencera, encore, encore, et encore, le joueur étant prisonnier du jeu. Jusqu’à un certain point …

La fenêtre de chargement est révélateur

La fenêtre de chargement est révélateur

Enfin la fin ?

Enfin la fin ?

III. Et sinon ?

Et sinon ? Pas grand-chose, le jeu graphiquement ne casse pas trois pattes à un canard, mais il n’est pas moche non plus, il est sobre. Les musiques, s’il y en a, sont très discrètes. Et aussi, fait important, son prix …

Ouch ...

Ouch …

Conclusion générale

Ce jeu n’est pas mauvais, loin de là, mais la principale critique de ce jeu, qui m’amène justement à remettre en cause les notes qui étaient données est sa durée de vie par rapport à son prix et sa rejouabilité. Plus d’une fois j’entends la critique « oui, les jeux, ils coûtent 70 euros (40 sur pc), ça ne dure que 5 heures », oui, c’est cher, mais 5 heures de jeux, plus le multijoueur, plus la rejouabilité avec tous les collectibles, tous les succès, tous les secrets. Là, vous avez en 30 minute terminé le jeu, et il n’y a pas de rejouabilité, et c’est la principale critique.

Je le répète, c’est un bon jeu, mais cher pour ce qu’il est. Donc un conseil, si vous tenez à votre argent, attendez une solde Steam, ou un Humble Bundle permettant d’avoir le jeu à bien moins cher. Pour moi, le jeu aurait coûté 5 euros, j’aurai dit « achetez-le ! », mais là … Du coup pendant un certain temps, du moins jusqu’à ce que je trouve un jeu encore plus cher et moins long et avec une rejouabilité moindre, il sera ma référence au niveau prix.

Points forts

-Une expérience particulière

-Une ambiance amenant à la réflexion

Points faibles

-Cher !

-Court !

-Aucune rejouabilité …

Publicités

Publié le 09/12/2013, dans Jeux vidéos, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :